MARCEL LOEFFLER

 

 
 
 
 
 
Booking : Monde
Label : Giro Music
Liens : Facebook Twitter Youtube

Formations en tournée

Marcel LOEFFLER : Accordéon – Cédric LOEFFLER : Guitare – Julien PIDANCIER : Violon – Franck BEDEZ : Contrebasse

Marcel LOEFFLER  Nouvel Album 28.02.2020 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Marcel-Loeffler-Cover-1-1024x1024.jpg.Issu d’une famille d’immenses artistes manouches d’Alsace, Marcel Loeffler est né pour vivre pleinement la musique. C’est un musicien à l’image de son instrument, l’accordéon, connu de tous et pourtant toujours à redécouvrir.
Il n’a que cinq ans lorsque son père lui offre pour Noël, son premier piano à bretelles. Doté de l’oreille absolue, l’enfant apprend vite. Aujourd’hui, dit-il, « l’instrument fait partie de moi, c’est une extension ».

Le nom de Marcel Loeffler est associé à tous les visages de l’accordéon, du swing manouche au bal musette, du jazz au gospel, du tango au classique – de Gershwin à Ravel. Sur scène depuis l’âge de dix ans, aux côtés de son père guitariste et de son frère batteur, Marcel Loeffler puise son énergie dans les échanges avec le public et les musiciens rencontrés.
Compagnon de route de Mandino Reinhardt, l’accordéoniste a joué avec les exceptionnels Birelli Lagrène, Marcel Azzola, Angelo Debarre… Vingt ans après sa publication l’album Note manouche réalisé avec Mandino, a été réédité par Frémeaux ; les deux solistes l’ont tourné dans le monde entier, l’exportant jusqu’au Japon.

Marcel Loeffler a su faire oublier le passage du temps en le remplaçant par autant de rencontres, de concerts, de projets et de disques. Transcendant une tradition dont il est l’héritier, l’accordéoniste-compositeur pratique une musique sans frontière, ouverte à toutes les influences. Car pour lui, « il n’y a pas de mauvaise musique, il n’y a que des mauvais musiciens». Et d’ailleurs quand il sature, Marcel réécoute Bach ou Mozart « pour se réconcilier aussi avec la vie en général ».
Le mélodiste inspiré a poussé son instrument au maximum, refusant de se laisser enfermer dans une virtuosité stérile, il a développé un phrasé, un rapport à l’accordéon digne des plus grands instrumentistes tels que Wayne Shorter ou Charlie Parker.

Liberté d’écriture, sens de la mélodie, sonorités splendides, swing contagieux sans emphase, générosité, Marcel Loeffler s’est libéré des carcans pour inventer son propre style. A 63 ans, l’homme continue de transmettre son expérience et son art ; son fils Cédric, guitariste, joue à ses côtés en attendant d’être rejoint par Tanjy son petit-fils de neuf ans à qui il apprend l’accordéon. Chez les Loeffler, la musique c’est le souffle de la vie.

 

LA PRESSE EN PARLE

  • « Le Jazz manouche en Héritage » La Dépêche
  • « Incontournable, Marcel Loeffler revient à ses premières amours, le swing manouche et le répertoire tzigane, » Dernières Nouvelles d’Alsace
  • « Marcel Loeffler évolue avec aisance dans plusieurs univers. Il se trouve à l’aise partout, aussi bien dans la valse dont on sait qu’elle est une des prédilections, sinon la marque distinctive du musette, que dans « Solfegietto », pièce que signa l’un des fils du Cantor et où la virtuosité de l’instrumentiste se donne libre cours. Virtuosité, lyrisme, imagination … » Jazz Mag

LES CONCERTS

VIDEO